Le week-end du 12-13 décembre dernier a eu lieu le dernier Rendez-Vous des Jeunes Mathématiciennes et Informaticiennes (RJMI) de la (satanée) année 2020. Covid oblige, ce RJMI s’est déroulé en distanciel, mot qui on l’espérait disparaîtrait le 1er janvier…

De Besançon à Orléans en passant par Rouen et Casablanca, les lycéennes étaient originaires de la France entière (et quelques-unes du Maroc!). Les divers problèmes techniques de connexion, micro, caméra n’ont pas réussi à empêcher nos jeunes participantes de discuter entre elles et poser des questions curieuses et pertinentes à nos intervenantes. 

Trève de bavardages, faisons place à un récapitulatif des aventures de nos lycéennes! 

Déroulement des activités

Le RJMI commence ce samedi 12 décembre à 9h30 par un pictionary en ligne en petits groupes. Les lycéennes en profitent pour faire connaissance. Devinerez-vous le mot illustré ci-dessous ?

À 11h, toutes les filles sont de retour en salle d’accueil pour écouter un exposé d’Anne Siegel, chercheuse au CNRS en bioinformatique. La conférence nous passionne tellement  qu’on ne voit pas le temps passer! Boum, 20 minutes de moins pour la pause déjeuner… (on s’excuse pour les plats à réchauffer).

Après un repas bien mérité, les participantes se retrouvent l’après-midi par petits groupes de 3 à 5 personnes pour réfléchir à un problème ouvert du TFJM². Un·e encadrant·e est présent·e avec elles pour les aiguiller, répondre à leurs questions, voire discuter avec elles d’orientation.

Malgré des débuts timides, les trois heures passent rapidement ! Et… c’est une fin de journée. On s’y remet le lendemain, mais en attendant, bonne nuit !

***

On se retrouve le dimanche matin à 9h30 pour un nouveau petit jeu : faire un “meme” sur les femmes, les maths et l’informatique. Chaque groupe crée un meme à partir d’une image qu’on leur a attribuée. Malgré le temps très limité et des images imposées, les lycéennes nous concoctent des memes fins et pertinents. Certains memes révèlent des remarques que les lycéennes ont entendues sur leurs compétences en sciences parce qu’elles étaient des filles… Ce qui nous permet d’enchaîner directement sur une discussion-débat-atelier sur les femmes, les maths, l’informatique et les stéréotypes, modérée par Elsa et Azélie. Elsa nous parle des stéréotypes sur les femmes et les sciences, du peu de femmes dans ces filières, mais aussi d’histoire et de femmes qui ont fait des découvertes scientifiques merveilleuses, allant d’Hypathie d’Alexandrie aux “Eniac Girls”, d’Ada Lovelace à Maryam Mirzakhani. 

À la fin du débat, les filles sont une fois encore réparties en petits groupes pour discuter avec plusieurs femmes travaillant ou étudiant dans les domaines de l’ingénierie, des maths et de l’info. Nous remercions vivement Maïa, Adela, Safine, Isabelle, Clémentine, Julie et Estelle, qui ont accepté de participer à ce speed-meeting pour échanger avec les lycéennes.

Après le repas, place à une dernière conférence, donnée par Nina Aguillon, mathématicienne au laboratoire Jacques-Louis Lions de Sorbonne Université. Elle nous parle d’analyse numérique, d’équations aux dérivées partielles, du mouvement de la lune autour de la Terre ainsi que des mouvements d’algues! Nina rend sa conférence interactive, grâce à des petits sondages réguliers. Nos lycéennes restent bien accrochées ! 

Les deux dernières heures du RJMI sont consacrées à une préparation et une restitution de ce que les filles ont appris lors des ateliers de recherches de la veille. 

Après une dernière présentation des activités périscolaires mathématiques qu’organisent Femmes & Maths, Animath et d’autres associations, c’est l’heure des adieux.

Un grand merci à toutes les bénévoles organisatrices, aux chargées de projet d’Animath, aux intervenantes du speed-meeting, aux conférencières, aux encadrant·es des ateliers de recherche et aux lycéennes d’avoir rendu cet évènement incroyable ! 

_________________________________


Quelques chiffres

  • Selon les activités et les emplois du temps de chacune, le nombre de lycéennes a légèrement varié au cours du week-end. En moyenne, 40 filles ont participé au RJMI de l’ENS Paris, dont 75% d’élèves de Terminale avec spécialité Maths et/ou NSI.
  • Malgré les nombreux inconvénients d’un événement en visioconférence, on peut noter un avantage indéniable : pas besoin d’habiter en Île-de-France pour participer !
    Les participantes viennent des quatre coins de la métropole et du Maroc.
  • Ateliers de recherche, conférences, speed-meeting, atelier-débat sur les stéréotypes… Les activités variées ont beaucoup plu ! C’est le speed-meeting que les lycéennes ont préféré.

Et en bonus : Une dizaine de lycéennes souhaitent s’impliquer dans l’organisation d’un futur RJMI ! 

_________________________________


Elles l’ont dit

L’événement a été très apprécié par toutes. Voici quelques retours de nos participantes :

“J’ai adoré, j’aurais aimé que ça dure plus longtemps !”

“C’est vraiment super sympa, l’ambiance est géniale, et c’est l’occasion d’apprendre plein de choses sur les maths et les sciences en général !”

“J’ai encore des flash du speed-meeting en tête !”

“Je me suis rendue compte que nous étions de nombreuses filles à aimer les mathématiques et qu’il ne fallait pas se sous-estimer.”

_________________________________


Prochains RJMI

Tu es au lycée et cet article t’a donné envie de participer à un RJMI ? D’autres RJMI sont prévus en 2021 ! Pour s’inscrire, c’est par ici.

Vous êtes enseignant·e, parent d’élève ou simplement curieux·se ? Contactez-nous.

***

P.S : Avez-vous deviné ce qui était dessiné ? Réponse : un bitcoin !

Article écrit par Azélie Picot et Elisa Quenton

No responses yet

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :